Un réseau suisse pour les journalistes chrétiens

Textes de référence

Vatican

Concile Vatican II : INTER MIRIFICA (1963) 

Décret sur les moyens de communication sociale  

Le moyens de communication sociales, quand ils sont utilisés correctement, rendent de grands services au genre humain: ils contribuent, eu effet, d’une manière efficace au délassement et â la culture de l’esprit, ainsi qu’à l’extension et à l’affermissement du règne de Dieu. Mais les hommes peuvent les utiliser à l’encontre des desseins Créateur et les tourner à leur propre perte. 

COMMUNIO ET PROGRESSIO (1971)

Sur les moyens de communication sociale

Instruction pastorale de la Commission pontificale pour les communications sociales, élaborée par mandat spécial du concile oecuménique Vatican II et approuvée par le Pape Paul VI.

Selon l’intention de la Providence, ils doivent engendrer entre les hommes des rapports fraternels, susceptibles de favoriser son dessein de salut.

Plusieurs documents conciliaires de Vatican II introduisent à une compréhension plus totale et à une analyse plus pénétrante de la communication sociale et du fonctionnement de ses moyens dans la société actuelle. Tels sont surtout: la Constitution sur L’Eglise dans le monde de ce temps, le Décret sur L’OEcuménisme,  la Déclaration sur La Liberté religieuse,  le Décret sur L’Activité missionnaire de l’Eglise,  le Décret sur La Charge pastorale des évêques et particulièrement le Décret qui est entièrement consacré à l’étude des moyens de communication sociale Inter mirifica

Cette compréhension approfondie, basée sur l’esprit et sur la doctrine du Concile, doit permettre aux chrétiens de se situer vis-à-vis des moyens de communication sociale et les inciter à un engagement plus profond à leur égard.

Aetatis Novae (1992)

Les Communications sociales à l’approche d’un nouvel âge

Le premier aéropage des temps modernes est le monde de la communication, qui donne une unité à l’humanité en faisant d’elle, comme on dit, un “grand village”. Les médias ont pris une telle importance qu’ils sont, pour beaucoup de gens, le moyen principal d’information et de formation ; ils guident et inspirent les comportements individuels, familiaux et sociaux ” .Plus d’un quart de siècle après la promulgation du Décret du Concile Vatican II sur les communications sociales, Inter mirifica, et deux décennies après l’Instruction pastorale Communio et progressio, le Conseil pontifical pour les Communications sociales souhaite réfléchir sur les conséquences pastorales de cette situation nouvelle.

Message des papes pour la Journée mondiale des médias 

Pape François

2018 – « La vérité vous rendra libres » (Jn 8, 32). Fausses nouvelles et journalisme de paix

 2017 – «Ne crains pas, car je suis avec toi» (Is 43,5). Communiquer l’espérance et la confiance en notre temps

2016 – Communication et miséricorde : une rencontre féconde

2015 – Communiquer la famille : milieu privilégié de la rencontre dans la gratuité de l’amour

2014 – La communication au service d’une authentique culture de la rencontre

Pape Benoît XVI

2013 – Réseaux sociaux : portes de vérité et de foi ; nouveaux espaces d’évangélisation

2012 – Silence et Parole : chemin d’évangélisation

2011 – Vérité, annonce et authenticité de vie à l’ère du numérique

2010 – Le prêtre et la pastorale dans le monde numérique: les nouveaux médias au service de la Parole

2009 – Nouvelles technologies, nouvelles relations. Promouvoir une culture de respect, de dialogue, d’amitié

2008 – Les médias : au carrefour entre rôle et service. Chercher la Vérité pour la partager

2007 – Les enfants et les moyens de communication social: un défi pour l’éducation

2006 – Les médias: réseaux de communication, de communion et de coopération

Les prédécesseurs

Pape Jean-Paul II

Pape Paul VI

L’EGLISE ET INTERNET (2002)

l’Eglise a adopté une approche fondamentalement positive à l’égard des médias. Même lorsqu’ils ont condamné de graves abus, les documents de ce Conseil pontifical pour les communications sociales ont fait clairement remarquer qu’« une attitude purement restrictive ou de censure de la part de l’Eglise vis-vis des médias n’est ni suffisante, ni appropriée ».

ETHIQUE DANS LES COMMUNICATIONS SOCIALES (2002)

L’usage que l’on fait des moyens de communication sociale peut avoir des effets positifs ou négatifs. Bien que l’on dise souvent — et nous le redirons ici — que les « médias » font la « pluie et le beau temps », il ne s’agit pas de forces aveugles de la nature échappant au contrôle humain. Car même si les actes de communication entraînent souvent des conséquences inattendues, les personnes choisissent toutefois d’utiliser les médias à des fins de bien ou de mal, d’une bonne ou d’une mauvaise façon.



Union catholique internationale de la presse UCIP

Le journaliste et les conflits dans l’Eglise/ Dix propositions pour dix attitudes (1997)

De tout temps, des conflits ont surgi dans les Eglises. Qu’on se souvienne de l’Histoire. Demain, forcément, d’autres apparaîtront. Aujourd’hui même, il est fréquent qu’ils occupent le devant de la scène dans l’actualité.  Toujours, il est de la responsabilité professionnelle des journalistes de les aborder avec la rigueur habituelle et le respect inhérent aux personnes.

La vérité pour le journaliste (2001/2002)

C’est un paradoxe. Alors que la société de l’information nous offre aujourd’hui les moyens techniques les plus performants pour communiquer, les opinions publiques doutent de plus en plus des journalistes et de leur capacité à dire la vérité. Or chercher et fournir aux citoyens la vérité sur les événements et les personnes est l’obligation, démocratique et éthique par excellence, du journaliste. Mais cette obligation morale se heurte à de nombreux obstacles, externes et internes, à notre profession. 

CES + Commission medias CES

Lignes directrices et agenda de la Commission pour la communication et les relations publiques de la CES 2017 – 2020

C’est un paradoxe. Alors que la société de l’information nous offre aujourd’hui les moyens techniques les plus performants pour communiquer, les opinions publiques doutent de plus en plus des journalistes et de leur capacité à dire la vérité. Or chercher et fournir aux citoyens la vérité sur les événements et les personnes est l’obligation, démocratique et éthique par excellence, du journaliste. Mais cette obligation morale se heurte à de nombreux obstacles, externes et internes, à notre profession. 

L’Europe et la Suisse traversent à de multiples niveaux une période de profondes mutations d’ordre culturel, politique, religieux et économique.
L’information, la communication et la formation de l’opinion publique évoluent elles aussi à grande vitesse.
L’évolution vers une interconnexion globale et l’accélération imprimée par la technique, l’économie, les flux d’informations et la mobilité entraînent des changements, y compris au niveau religieux.

La communication dépend de multiplicateurs. Dans le passé, le milieu catholique et ses institutions (par ex. la presse confessionnelle, les associations, etc.) constituaient une caisse de résonance pour la transmission d’informations, de paramètres d’interprétation ou d’idéaux.

Aujourd’hui, cette caisse de résonance a fortement diminué, en particulier dans les milieux urbanisés et où règne une grande mixité religieuse. Comment faire en sorte que la communication réussisse dans un tel contexte ?